Voyage en chine – jour 5 : Découverte de Beijing en mode zombie

Arrivée à 8h le lendemain en plein cœur de Beijing, les yeux « en capote de fiacre » car malgré le confort relatif de nos couchettes, le sommeil se fit en pointillés.
Au sortir de la gare nous n’avions à notre disposition qu’une carte d’hôtel nous donnant une idée approximative de son emplacement.
C’est donc comme de bon Lao Wai (étranger) que nous nous inserâmes dans la file de taxi..
queue pour les taxis à Beijing
pendant 1h30, ils nous a fallu bataillé pour ne pas perdre trop de place.. ne pas en perdre du tout tient de toute manière du pari impossible. Dans une queue, le chinois est sans pitié, sans scrupule et quitte à paraitre un peu cliché : sournois.
L’hôtel city court est situé en plein hutong (quartier typique de Beijing, parsemé de ruelles).
Dégotté par mon ami Yang, je dois dire que nous n’avons pas été décu. Chambre correcte, personnel accueillant et une charmante petite cours abritée ou nous avons pu chaque soir et chaque matin discuter au calme : une denrée rare dans cette ville surpeuplée et bruyante.
Faute d’avoir avalé le moindre petit déjeuner dans le train nous avons bondi sur le premier café sur notre chemin : cheese cake et expresso nous ont ragaillardi et permis de nous lancer dans la quête d’un bureau de poste. Enfin, les cartes postales terminée la veille étaient posté. Décor de Shanghaï et cachet de la poste de Beijing : un véritable condensé de la chine 😉
Nous nous sommes ensuite dirigées vers Jing shan park, aussi appelé la colline de charbon.
Jardin qui fut établi à partir des remblais des travaux de terrassement des douves de la cité interdite. Ce dernier était autrefois réservé exclusivement à l’empereur mais est désormais une attraction touristique extrêment prisé car c’est un point culminant de la ville qui donne une vue directe sur la citée interdite.
Séance de photo avec des chinoises et repas sur la terrasse d’une gargotte au pieds du parc.
La cité interdite étant particulièrement longue (32 hectare tout de même), nous prîmes le bus pour rejoindre l’entrée de cette dernière.

Nous avons passé le restant de l’après midi dans l’enceinte en commençant par une exhibition d’étudiant en art dans la citée des travailleurs, suivi d’une longue promenade dans la citée,
une visite de la pine à coteque (impressionnante)

 

et la recherche désespérée d’un jardin dont j’avais gardé un excellent souvenir suite à ma précédente visite. Les pieds en compotes nous sortîmes enfin de la citée pour nous faire harceler par les vendeurs de toutes sortes (ici ils appellent ça les meutes de loups.. ils chassent le mouton en meutes et vous encercles jusqu’à ce que l’un d’entre eux vous assènent un coup de croc commerciale).
Pensant connaitre leur trucs et astuces nous étions sur le point d’en réchappé lorsqu’un certain Paul réussi à nous piéger en faisant miroiter une visite de la grande muraille 3 fois moins cher que celle réservé le matin même à l’hôtel :/  Bon  au final c’est avec 3 places pour un spectacle d’acrobates que nous le quittâmes plus léger de quelques Yuan.
Au risque de me répéter, la citée interdite c’est énormément de marche à pied et ça use. Aussi lorsqu’à peine libérés des griffe du terrible Paul nous fûmes abordés par des   vendeurs de pousse pousse il nous fallu à notre tour faire preuve de beaucoup de ruse pour ne pas leur laisser voir que nous étions éreintés et que oui définitivement on voulait bien rentré en pousse pousse. Maman, pas très rassurée par son expérience en touk touk à Shanghai finit même par accepter de monter derrière l’un de ces cyclistes émérites. Et alors là attention les yeux… se trainer à 10 à l’heure au milieu de la horde de chauffards Pékinois on n’est pas près de l’oublier.. on a bien failli mourir une dizaine de fois sous les roues des bus et taxis.. mais ça c’est d’après nos critères de conduites européen… nos pousse pousse eux paraissaient sereins et déconnaient entre eux tout le long du chemin.
Pour nous remettre de ces émotions, au dîner, spécialité de Pékin : un délicieux canard laqué. Nous avons eu de la peine à trouver « le » spécialiste, au bord d’un petit lac,
dans un quartier très animé par beaucoup de restaurants et bars avec chanteurs…..
Au début du dîner, nous avons même eu droit à un spectacle d’acrobates, magicienne, danseurs…. Nous ne sommes pas rentrés tard à l’hôtel après notre nuit en train et le futur départ matinal pour la grande muraille !

Publié par

Jérémy Jouffroy

Né à dijon il y a de cela 31 ans je suis passionné de web et j'ai emmenagé à shanghai ou j'ai occupé le poste de chef de projet pour une entreprise française avant de rejoindre newx.com, une startup ecommerce qui vend des meubles et de la décoration sur le marché chinois.